Informations

L'enfance abandonnée: aussi un âge d'or?

L'enfance abandonnée: aussi un âge d'or?

"L'âge d'or", c'est ainsi que José Martí, le brillant penseur cubain du XIXe siècle, baptisa son magazine des "garçons et filles". Au cours de sa courte vie de quatre éditions, le magazine a laissé un héritage d'articles, de poèmes, d'histoires et de traductions d'histoires pour enfants qui ont en commun le but d'éduquer du beau.

Et c'est précisément en favorisant ces traits de beauté naturelle dans l'enfance, compris comme des vertus, que l'avenir ne dépend pas seulement de la famille, de l'État ou de la nation, mais aussi du monde à venir. L'enfance est comme un évier qui absorbe tout dans ce processus d'apprentissage perpétuel qu'est la vie. En tant qu'adultes, ce qui a été appris une fois sera retourné sous forme de talent, de compétences, de vocations, ... Cela dépend aussi de vos émotions avec quelle assurance vous assumez l'avenir.

C'est pour tout cela que l'enfance nécessite une attention particulière. Tous les systèmes éducatifs, qu'ils soient familiaux, sociaux ou institutionnels, devraient reposer sur le respect et la prise en charge des enfants, quelles que soient les différences logiques que marque la diversité culturelle, mais il ne suffit pas de prendre soin des enfants que nous avons à la maison. Le problème de l'enfance abandonnée qui se propage à travers le monde est le pire des épidémies. Telle est la véritable semence de l'insécurité personnelle, la montée du crime, de la violence ... aux antipodes de la bonté, une qualité qui pourrait distinguer l'espèce, et qui sont la conséquence d'une enfance qui ne connaissait pas l'amour et qui connaissait plutôt l'amour. Mépris pour ses droits, sa dignité et son agressivité envers lui et, par extension, envers l'environnement, cette réflexion peut sembler étrangère aux lecteurs réguliers de cette page mais elle ne l'est pas. Personne n'est une île, et même s'il essayait, les vases communicants qui interconnectent la société ruineraient son plan. L'enfance n'est qu'une et doit être préservée comme une véritable étape en or dans la mémoire de tous. Je mets le doigt sur la plaie et reste redevable du remède qui nécessiterait sûrement de reformuler les budgets, de fonder des écoles, de promouvoir l'artisanat, ... répandre l'amour, lutter pour défendre les droits des enfants. Pour l'instant je serais heureux si, à partir de ces lignes, j'arrivais à faire de ces enfants du temps humain, des «chercheurs» de vie qui habitent les feux de signalisation et les poubelles, bien plus que la peur, la paresse ou l'ennui. Rosa Mañas. Éditeur.

Vous pouvez lire plus d'articles similaires à L'enfance abandonnée: aussi un âge d'or?, dans la catégorie Droits de l'enfant sur place.


Vidéo: Boris Cyrulnik - Le récit de soi (Novembre 2021).